Press

Disparition soudaine de certains “artistes”: la musique béninoise s’est débarrassée de la médiocrité qui la gangrénait

Le Bénin a connu une sorte de révolution musicale il y a quelques années avec des artistes, féminins pour la plupart, sortis de nulle part et qui inondaient les chaines de télévision et radio. Aujourd’hui en 2021, tous ont disparu et la scène musicale semble de plus en plus tamisée et libérée de la médiocrité des opportunistes.

On les reconnaissait pas leur nom d’artiste. Des pseudos plutôt originaux avec des styles de musique à la limite plagiés. L’atmosphère musicale du Bénin avait été envahie par une horde de copieurs qui profitaient du travail des autres pour se faire un nom dans l’éphéméride temporelle. La plupart des genres musicaux ont été touchés mais c’est plus dans les dérivées du « coupé décalé » ivoirien et le « Gogohoun » traditionnel béninois que le mal à pris de l’ascendance.

Toute personne qui disposait d’un peu de moyen financier pouvait alors, devenir promoteur culturel, tant qu’il accepte de financer un coup de folie d’un illuminé musical sans grand talent apparent. C’est dans ce contexte que sont sortis de tous les « troues » des artistes sans album, à un seul single ou EP, ou des gens qui arrivent à produire, tant bien que mal, un album et disparaissent.

Quelques années plus tard, le « game » semble s’être dégraissé tout seul. Tous ces pseudos artistes ont disparu comme par magie et seuls les vrais restent ; et ils ne sont pas légions. Le monde de la musique au Bénin a pris un nouvel élan et les vrais promoteurs culturels, artistes professionnels, managers ou autres producteurs, font leur travail et cela se sent dans la majeure partie des œuvres.

Certes, il y a encore quelques débris de médiocrité ici et là, et aussi quelques-uns qui ont le talent mais qui peinent à percer, toutefois dans l’ensemble il n’est pas exagéré d’exprimer un certains satisfécit face à ce qui est fait ; dans l’ensemble.

Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.